FIV ICSI 2: la ponction

Le jour de la ponction est arrivé, c’est parait-il ce qu’il faut faire après une stimulation ovarienne. J’ai volontairement détaillé cette journée pour celles qui n’ont jamais eu de ponction et si possible, de par mon expérience, les aider à se préparer à cette journée qui fait souvent peur. Avant d’avoir complètement les pieds dedans, j’aimais bien lire les témoignages des unes et des autres pour avoir une petite idée de ce qui m’attendais.

Nous nous sommes présentés à 7h en HDJ de gynéco,  avec cette fois la présence de monsieur obligatoire pour le recueil de sperme. Changement depuis la dernière fois, les admissions et sorties se font directement dans le service, plus besoin de passer par l’accueil du bâtiment, un gain de temps pour nous. Par contre il n’y a une chose qui ne change pas, notre dossier de pré-admission a une nouvelle fois été perdu, je ne sais pas pourquoi je perds mon temps à le faire. La veille 1 ovule de Monazol + 2 atarax si besoin et le matin même douche antiseptique et à jeun.

Installation en chambre double, je suis tombée sur une femme très peu bavarde. On a à peine échangé quelques mots, j’ai fini par comprendre au moment de partir qu’ils étaient dans la même situation que nous: 2ème FIV avec une fausse couche sur la première.

La pose de perf mérite à elle seule un paragraphe. La dernière fois lors de la ponction un kyste d’endo a été ponctionné, ce qui a nécessité des antibios IV au retour en chambre. La perf posée au pli du coude s’était bien évidemment coudée et j’ai du rester le bras allongé pendant 45 min le temps de la perfusion. Cette fois j’en informe l’infirmière qui me pose la perf … au pli du coude malgré mes protestations. Nan mais vous inquiétez pas cette fois, il n’y en aura pas besoin. Pas de reflux, pas de désinfection des mains, pas de port de gants, oh bah mince, elle est difficile cette veine, bref un carnage. Si une étudiante me fait ça clairement, je ne valide pas le soins. Mieux vaut en rire qu’en pleurer, ce cathlon ne servira finalement pas, on ne saura donc jamais s’il était fonctionnel ou non.

Ayant choisi de faire la ponction sous anesthésie locale, dans mon centre, il y a une prémédication à prendre: acupan, 2 atarax et un suppositoire de profénid. Vous imaginez bien qu’on est bien détendue avant de partir en salle de ponction. Par contre la séance de relaxation qu’on m’avait proposée, je l’attend encore … Ils ont de belles théories et de beaux projets dans mon centre mais la mise en pratique, c’est pas ça.

Pendant ce temps, mon Chéri est allé faire son recueil dès l’ouverture. Il prévoit toujours du temps pour en faire un deuxième dans la matinée si le premier est insuffisant. On a respecté les consignes du biologiste: entre 3 et 5 jours d’abstinence mais 5 jours c’est mieux. Du coup, on a fait au mieux, 5 jours. Un seul recueil aura été nécessaire, c’est bon signe.

La ponction en elle même a débutée à 9h et a duré environ 20-25 min. Ayant beaucoup plus de follicules que la dernière fois, ça a duré plus longtemps et pour certains, j’ai bien senti l’aiguille mais dans l’ensemble, je n’ai pas eu trop mal. En tout cas, clairement pas assez pour me faire regretter mon choix d’anesthésie locale. Je savais que le médecin ne comptait pas les follicules en cours de ponction donc j’avais décidé de le faire pour m’occuper. Avec les traitements + l’anesthésie, difficile de se concentrer, je me suis arrêtée de compter à 11 follicules sur l’ovaire gauche et selon le médecin, il y en avait encore plus à droite. De toute façon, j’étais contente, il y avait plus de follicules sur l’ovaire gauche que ce qu’on avait obtenu tout court sur la FIV1. A vu de nez, il devait y avoir, au total, entre 20 et 25 follicules.

Au moment de sortir de la salle, l’aide soignante me fait attendre sur un fauteuil dans le couloir, le temps qu’elle fasse le ménage, avant de me ramener dans ma chambre. C’est donc dans ce couloir que j’ai pu assister à une dispute entre l’aide-soignante et l’infirmière sur une histoire de porte tube qui n’était pas branché et donc qui ne maintenait pas les follicules au chaud. Très rassurant.

Une fois de retour en chambre, je suis complètement KO, j’ai du attendre presque 1h que l’infirmière viennent me voir. Je commençais à avoir faim d’autant que le beignet que mon Chéri était allé me chercher pendant ma ponction me faisait de l’œil mais surtout, j’avais mal. 1h plus tard, j’ai pu avoir droit à mon Doliprane et  mon petit dèj. Le deal c’est manger et aller faire pipi avant de pouvoir retirer la perf puis on attend le médecin avant de sortir. L’interne qui viendra me voir 45 min plus tard n’est pas celle qui a a fait la ponction, elle n’a aucune idée du nombre de follicules ponctionné et m’annonce 10 ovocytes. J’avoue pour le coup, je suis extrêmement déçue. Plus de 20 follicules et seulement 10 ovocytes ?! Et encore, sur le tas, certains ne seront certainement pas matures.  Ya pas à dire, je trouve mon ratio follicules/ovocytes vraiment pourri. Est-ce que la ponction a eu lieu trop tôt ? Espérons qu’on ait au moins autant d’embryon que la dernière fois mais je ne sais pas pourquoi, cette FIV, je ne la sens toujours pas. La grosse surprise par contre, c’est que le labo de mon centre est ouvert le dimanche donc transfert d’embryon frais prévu dimanche à J5. Tous les embryons sont poussés à J5 et à mon âge, transfert d’un seul embryon et pas de négociation possible. En attendant, dans ce centre c’est pas de nouvelles, bonnes nouvelles, donc, sauf problème, on n’aura absolument aucune information avant dimanche. Le gros stress à chaque fois que le téléphone sonne !

En attendant l’infirmière qui doit me retirer la perf (45 min de plus…), mon Chéri se rend compte que l’interne a oublié de mettre une date de fin sur l’arrêt de travail. Comme la dernière fois, 2 jours d’arrêt après la ponction. Cette fois, mon Chéri m’a pris un RDV avec un généraliste pour jeudi pour voir pour un prolongement de cet arrêt. Plus le temps passe, et plus il m’est difficile, physiquement et psychologiquement, de supporter tout ça. J’ai repris le boulot depuis même pas 2 semaines et j’ai vraiment besoin de repos.

Concernant les traitements, Spasfon et Doliprane en cas de douleur et pour le transfert, 3 comprimés de progestérone en intra-vaginal/ jour à débuter le soir même de la ponction et 2 patchs de Vivelledot a changer 2 fois par semaine à débuter samedi matin.

Maintenant, il faut attendre. Commence pour moi la grosse phase de montagnes russes émotionnelles où je vais me dire que c’est sur, on a plus d’ovocytes, donc ce sera mieux que la dernière fois et ça va marcher jusqu’à j’en ai plus que marre, on ferait mieux d’arrêter tout de suite.

giphy (9)

29 commentaires sur “FIV ICSI 2: la ponction

  1. Bon, ben t’es dans la course.
    Je trouve que t’es bien soignée côté douleur. Dans mon centre, pas de perf : directement une piqure dans le vagin pour l’anesthésier et le reste, donc piquer les ovaires, c’est à vif.
    Une seule recommandation : reste allongée le plus possible le jour qui suit, c’est ce qu’il y a de mieux pour atténuer / faire disparaître la douleur.

    Aimé par 1 personne

    1. La perf est posée que au cas il y aurait une urgence. La prémed c’est oral, mais c’est sur que c’est appréciable. Pour le reste, pareil que pour toi, difficile d’anesthésier l’ovaire, l’aiguille je l’ai sentie. Pour la douleur, la ponction m’a déjà bien soulagée mais je vais essayer de rester tranquille.

      Aimé par 1 personne

  2. Tu ne dois pas être déçue. Le bon ratio d’ovocytes se situe entre 10 et 15 pour avoir une « bonne » tournée de warriors.
    Ils recommandent cela à l’étranger et Dr Hope, lors de la FIV 3 me l’a confirmé.
    Bon courage pour cette {longue} attente!

    Aimé par 1 personne

      1. Oui 😢 sur la fiv 1 une fois nue dans la salle de transfert, j’ai dit a mon Chéri :«mais attend, si on m’a demandé de me déshabiller c’est qu’il y a au moins 1 embryon ? Ils sont pas sadiques à ce point là pour me faire déshabiller et me dire qu’on a rien?»

        J'aime

      2. Commençant à les connaître, je n’ai même pas essayé, c’est sur que oui. La seule option valable, pour avoir une petite chance, c’est d’y aller direct en couple avec les pièces d’identité. Mais ouvert au public de 8h à 13h30 …

        J'aime

      3. Si problème sur la décongélation, ils t’appellent 1h avant… Pas rassurant non plus ça… Mais comme je te souhaite qu’il y ait pleins pleins pleins de warrior, tout se passera bien.

        Aimé par 1 personne

  3. J’espère que cette FIV sera la bonne ! Bon courage pour l’attente c’est vraiment insoutenable… On passe effectivement par toutes les émotions possibles, on y croit puis on n’y croit plus… L’attente du résultat est vraiment difficile à vivre je trouve… Perso j’ai très mal vécu ma ponction pour ma FIV ICSI 1 en juillet. « Anesthésie locale » soit disant. J’ai absolument tout senti..Je pleurais les pattes en l’air pendant que l’équipe me ponctionnait -18 ovocytes qui ont donné 13 embryons au départ pour finalement un transfert frais d’un J2 et deux J5 congelés-. Dans mon centre, même pas d’arrêt de travail. Tu peux crever de douleur c’est pas grave… On te donne du spasfon. Chouette ! Après la ponction j’avais du mal à marcher… Pendant presque une semaine, des douleurs. Selon eux c’était parce que j’ai frôlé l’hyperstimulation. Pour nous, en anesthésie locale, on ne va pas dans une chambre, on n’a pas de perf, pas de « masque » rien du tout. J’étais complètement consciente… Bref une véritable horreur. Il nous reste un embryon congelé donc TEC 2 prochainement et si échec on change de centre (pour différentes raisons, on quittera Poissy pour Saint Cloud) j’espère de tout mon coeur que si je dois revivre une ponction ce sera en anesthésie générale…

    Aimé par 2 personnes

    1. Alors je me répète mais dans mon centre ils posent un cathlon (perf) pour gagner du temps en cas d’urgence vitale (hémorragie, perte de conscience…) en dehors de ça, elle ne sert absolument à rien. Pas de masque non plus, la prémed te sers plus à te détendre, te « shooter », c’est sur que c’est appréciable mais sur l’anesthésie c’est pareil, j’ai bien senti l’aiguille dans mes ovaires mais j’étais contente parce que ça voulait dire qu’on en avait plus que la dernière fois. Après c’est un choix très personnel, je préfère largement souffrir que de faire une anesthésie générale. Par contre le coup de la chambre et de l’arrêt c’est bien sadique. Marre de poser des jours pour la PMA, cette fois, je vais voir un généraliste pour pouvoir me reposer. Je te conseille vraiment de faire la même chose si prochaine fois il y a. Evidemment, je ne te le souhaite pas.

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s