Être infirmière et Pmette

Je ne vais pas le nier, être infirmière quand on suit un parcours PMA ça a des avantages mais ça a aussi des inconvénients.

-Je sais déjà faire des injections mais dans le contexte PMA, j’ai l’impression de ne plus rien savoir ou presque. Je me suis référée aux tutos Youtube pour savoir où faire les injections et comment me servir d’un stylo. C’est comme taper dans la barre de recherche Google « symptômes de grossesse à 7 DPO », t’as beau savoir que c’est débile et déjà connaitre la réponse, tu le fais quand même.

-Je savais globalement où je mettais les pieds en prenant RDV en PMA et qui plus est dans le public. J’avais par contre grandement sous estimé l’impact psychologique.

-Tout ce qui n’est pas fait dans les règles me saute aux yeux. Et c’est hyper stressant parce que je ne peux pas m’empêcher d’en imaginer les conséquences.

-Lors de ma première consultation d’entrante, nous sommes restés 7 min en consultation montre en main. La sage-femme sachant que j’étais infirmière n’a pas vu l’intérêt de m’expliquer comment réaliser les injections, ni le planning du traitement, ni quoi que ce soit d’ailleurs. Vos résultats de sérologies, voilà le planning, RDV à telle date pour écho et prise de sang, merci, au revoir. Elle ne m’a pas dit quel traitement se présentait sous la forme de stylo, lequel était à reconstituer, lequel se conservait au frigo. Rien sur la surveillance du traitement ou les effets indésirables attendus. J’ai commencé à poser des questions, et au bout de 3 ou 4 réponses à l’arrache accompagnées d’un soupir, j’ai lâché l’affaire. Pire encore elle m’a dit que les injections n’étaient absolument pas à faire à heure fixe, entre 17h et 20h et c’est tout.

-Je n’ai pas voulu faire appel à une infirmière libérale. Déjà je ne voulais pas leurs faire perdre de temps, elles sont déjà bien assez occupées comma ça. Ensuite je ne voulais me rajouter de stress parce qu’elle n’était pas à la maison à heure fixe et parce qu’elle ne fait pas comme moi je l’aurais fait.

-J’ai beaucoup de mal à me positionner en tant que patiente. Le nombre de fois où j’aurais eu envie de faire les examens ou remplir des papiers moi même ! Les poses de perfusions catastrophiques, avec en prime le coup de la pince kocher, fois 4 parce que ça passe pas (Nina ;))  ! Je me sens beaucoup plus à l’aise et sereine côté soignant. Mais pour le coup, ça m’a permis de remettre en question mes pratiques professionnelles, m’a façon de me comporter avec les patients. Même si en tant que patiente, j’ai subit des actes et des réflexions que jamais je ne me serais permise en tant que professionnelle.

-Pas besoin de m’expliquer le déroulement d’un examen ou une ponction, suffit d’un minimum de renseignement pour savoir en gros comment ça va se passer. En contre partie, je connais toutes les complications possibles.

-J’ai beaucoup de mal à faire confiance aux médecins même si ce n’est pas uniquement du à mon métier. Si je demande des explications où un complément d’information, j’apprécie qu’on m’explique avec des termes médicaux, c’est beaucoup plus clair pour moi. Je ne supporte pas le côté je suis Dieu parce que je suis le médecin, toi tu n’es qu’infirmière et, en plus aujourd’hui tu es patiente, donc la ferme, j’ai raison et puis c’est tout.

-J’auto-critique mes résultats de prise de sang / examens. C’est très, très mal, je sais, mais pour le coup je suis hyper tentée de faire des examens complémentaires de moi même. Bon j’ai quand même été sage, je ne l’ai fait qu’une fois et personne ne s’en est rendu compte en plus. Le problème c’est que si je trouve quelque chose après, il faut arriver à le justifier et le faire prendre en compte par le médecin… Bon par contre, la prise de sang demandée par Hope dépasse de loin mes compétences. Même si j’ai un doute sur un diagnostic probable au vu de mes résultats, je vais attendre son opinion. La confiance envers le corps médical, tout du moins Hope pour le moment commence doucement à revenir.

5 commentaires sur “Être infirmière et Pmette

  1. Et alors médecin et pmette, je ne vous dis pas … Et le comble, c’est que je partage totalement cette perte de confiance envers les médecins (pas tous heureusement!)…

    Aimé par 1 personne

      1. Et non , je suis tombée sur quelques médecins catastrophiques et à cause d’un traitement aberrant prescrit par l’un d’entre eux (je ne vous dis pas la culpabilité après coups, quand on se demande comment on a pu faire confiance aveuglément …) , j’ai perdu un ovaire et failli perdre la vie tout court d’ailleurs. Mais même si on n’oublie pas, heureusement, j’ai été aiguillée vers un excellent gynéco , humain, pointilleux et intelligent, mais qui connaît également ses limites. Il est dans le 16eme si besoin (et j’ai eu un rdv rapidement, il faut bien certains avantages!) et je peux vous dire que j’ai vu la différence. Bon courage à vous, à votre disposition pour en discuter en privé

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s