Un déplacement pro dont on se souviendra

Fin de semaine dernière, j’ai accepté de partir en déplacement professionnel à Barcelone. C’est rare d’avoir cette possibilité et j’ai refusé les dernières opportunités à cause de la PMA. Cette fois, le timing était parfait !

Jeudi matin, départ seule pour l’aéroport, et ce n’est qu’arrivée à destination que, je me suis fait la réflexion que c’était la première fois de ma vie que je me rendait seule dans un aéroport. Et tant qu’à être dans mes pensées, je me suis aussi demandé si un jour on passerait par là pour aller chercher notre enfant, quand et vers quelle destination.

Bref, c’était pas le sujet du jour. A peine arrivés sur place, le collègue qui m’accompagnait a profité de nos quelques heures de liberté pour me faire visiter la ville. Direction la plage où je voulais avoir le grand bonheur de mettre les pieds dans la Méditerranée. On n’a pas eu l’occasion d’aller au bord de la mer cette année alors juste mettre les pieds dans l’eau sous un beau soleil et par 24°C, c’était le grand kiff. On s’est ensuite dirigé, via les petites rue, vers l’incontournable Sagrada Familia et je n’ai pas pu m’empêcher de penser à L. en me demandant si j’allais croiser LA fameuse clinique. Bon bah je l’ai pas vu, et comme je ne connaissais pas du tout la ville, je n’avais absolument aucune idée d’où elle pouvait bien se trouver. Au final, je viens de regarder, et je crois qu’il était difficile de faire plus proche de l’hôtel où on a été logés. Et en parlant d’hôtel, j’ai adoré avoir une chambre pour moi toute seule (encore une grande première). La nuit a été trop courte à mon goût mais bon, on était quand même là pour bosser.

La journée sur place a été très intéressante professionnellement parlant et, on a pu échanger avec des personnes que je croise très rarement. Je ne regrettais absolument pas le déplacement.

Mais, si jusque là, tout s’était bien passé, on se souviendra longtemps du retour. Une fois les contrôles passés, il nous restait encore 2h30 d’attente dans l’aéroport. Les 2 derniers jours ont été intenses, on commence à être sérieusement fatigués et qui dit déplacement professionnel, dit jolies chaussures à talon donc, j’ai mal aux pieds. Je commence à avoir hâte de rentrer chez moi.

1h30 après notre arrivée à l’aéroport, les panneaux affichent un retard d’une heure. Et si attendre 1h de plus ne nous réjoui pas des masses, on commence, en plus, à s’inquiéter de la difficulté supplémentaire d’ensuite rentrer chez nous depuis l’aéroport d’arrivé. En attendant, on se pose dans un coin tout en se moquant des personnes (plutôt nombreuses) qui courent vers leur porte d’embarquement. La plupart des vols sont en retard, il n’y a pas grand chose d’autre à faire qu’attendre, c’est quand même pas bien compliqué de se présenter en avance devant la bonne porte… Vers 20h, notre porte n’est toujours pas annoncée, l’aéroport se vide, on décide d’aller manger un truc vite fait. 20h15, j’appelle Mon Chéri pour lui dire de ne pas m’attendre, je ne suis pas prête d’arriver. 20h20 mon collègue m’interromps. « Cours !!! Porte 69, dernier appel pour notre vol ». Hein ? Mais, il devait nous rester encore 1h ?!! A notre tour de courir vers notre porte d’embarquement. En chaussures à talons, comme c’est pratique !

Arrivés devant la porte, on est loin d’être les derniers MAIS on attend en compagnie d’une famille avec 3 enfants en bas âges. Une petite fille d’environ 3 ans et des jumeaux d’environ 18 mois. Par pitié pas à côté de moi, pitié, pitié. Et bingo ! Le papa avec un jumeau sur la même rangée que nous, et la maman avec les 2 autres, 2 rangées devant. Pensée pour ptiteschroniques, pourquoi cette compagnie ne signale pas les bébés ? Sure que j’aurais pas choisi cette place sinon. Et c’est parti pour 1h40 de vol avec des turbulences au moins 80% du temps. Et si je ne suis plus aussi flippée de l’avion qu’avant, je ne suis pas non plus des plus rassurée. En prime ? 1h40 de cris stridents d’excitation alternant avec des hurlements des 3 enfants. Oui, oui les 3 ! Souvenir très douloureux quand chaque cri te déchire les entrailles te rappelant que toi tu n’as pas leur chance. Et si la mère semblait faire de son mieux pour gérer la situation en tentant de se lever les rares moments où elle le pouvait. Le père, quant à lui n’a rien trouvé de mieux que de laisser le petit de 18 mois, debout sur la tablette du siège voisin, jouer avec les cheveux de la dame de devant, le tout pendant les turbulences. Vous la voyez venir la chute ? Merci à la dame d’à côté d’avoir senti le coup venir et d’avoir rattrapé le petit… Le pire dans l’histoire, c’est que ça ne m’a même pas dégoûtée d’avoir des enfants.

giphy (101).gif

Après 1h40 interminables, voilà enfin le moment tant attendu de l’atterrissage. Si mon collègue arrive à prendre la dernière navette pour rentrer chez lui, les choses sont plus complexes pour moi. Je pensais prendre le même chemin qu’à l’aller mais il semblerait que ça ne soit pas possible. Il faudrait que je rejoigne le terminal 4 à 10 min à pieds mais l’appli me guide vers une zone interdite aux piétons… Le seul bus que je trouve vers cette direction est payant et impossible de trouver les autres lignes. J’en ai marre, je suis fatiguée, j’ai froid, j’ai mal aux pieds. Après 30 min de recherches, je me résout à payer la navette hors de prix en espérant réussir à me faire rembourser plus tard. Vendredi soir minuit, après les petits dans l’avion, c’est l’heure des ados bourrés dans le RER …

A peine passée la porte de l’immeuble, je retire ces satanés chaussures même si mon immeuble est en travaux et qu’il y a de la poussière partout. J’espère un gros câlin de réconfort de mon chat mais c’est raté, elle trouve très incongru que quelqu’un rentre à cette heure là et fait le gros dos. Heureusement Mon Chéri se lèvera pour me faire un gros câlin de réconfort que je n’osais même pas espérer. Il a pensé à moi, du linge propre est en train de sécher (c’est mon boulot normalement ;)) et il a laissé en évidence l’accusé de réception du courrier d’adoption qui est arrivé en mon absence.

Note pour la prochaine fois: ne pas prendre ces chaussures et si le taxi n’est pas pris en charge, j’y vais pas !

21 commentaires sur “Un déplacement pro dont on se souviendra

      1. 😂 en vrai je suis une des rares alsaciennes à pas trop clasher les Lorrains.
        Mais oui je suis d’accord Metz c’est beau, c’est une ville que j’aime bien !
        Par contre faut arrêter de déconner avec Nancy et sa place Stanislas… Mais au moins y a des bars sympas alors on pardonne 🙂

        En ce moment j’y vais que pour la journée, mais je note si j’ai de nouveau des déplacements sur plusieurs jours

        Aimé par 1 personne

  1. Je me rappellerai des déplacements pro de 2018/2019 j avais réussi à tous les caser à Paris pour faire les exams prescrits par hope, donc j arrêtais pas de disparaître pour les rdv des examens on m à un peu pris pour une folle mais sans ça je sais pas comment j aurai fait !!!! Moins sympa le retour j espère que tu pourras récupérer

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s