1er café rencontre

Il y a quelques jours, nous sommes allés à notre 1er café rencontre avec l’EFA du département.

Ça commençait pas super, j’avais un peu sous-estimé le temps de trajet et on est arrivé avec 10 min de retard. 1h30 de trajet, on ne supporte pas d’être en retard, le stress a eu le temps de bien monter. Arrivés sur place, la porte est fermée à cause du plan vigipirate et il faut appeler pour que quelqu’un vienne nous ouvrir. Impossible de rentrer dans la salle discrètement.

Heureusement, la réunion n’avait pas encore commencée mais, en arrivant dans la salle, on est un peu déçus parce qu’on est le seul couple présent à cette réunion. Avec nous il y a 3 femmes célibataires entre 41 et 43 ans, alors forcément on est un peu en décalage. On est par contre tous en début de parcours, l’une a sa réunion d’information prévue la semaine suivante et les 2 autres ont commencé les entretiens. Les échanges étaient intéressant, mais je n’ai pas eu l’impression d’apprendre grand chose concernant les démarches. Ce que je retiens, c’est que ce n’est pas grave que nous n’ayons pas de chambre supplémentaire pour le moment, la visite de l’assistante sociale c’est surtout pour voir si on habite bien à l’adresse indiquée (parait que c’est pas toujours le cas 😱) et que l’appartement est un minimum convenable, ça dure 2 min et après on passe à l’entretien comme dans leurs bureaux. On a discuté un peu de l’accueil d’enfants à besoin spécifiques, mais on n’a pas approfondi le sujets vu que les personnes intéressées étaient inscrites à une réunion spécifique la semaine suivante. Parait que dans le département, ils ont des difficultés à placer les enfants atteints de trisomie 21 et qu’ils recherchent donc des familles en dehors du département. En apprenant ça, mon cœur s’est mis à battre plus fort mais Mon Chéri me connait trop bien, il m’a directement chuchoté un « non ». Inutile d’y penser c’est au delà de ses limites, on en avait déjà discuté. C’est « l’inconvénient » d’adopter en couple, contrairement aux célibataires qui nous entouraient, nous on doit se mettre d’accord et respecter les limites de chacun.  Et finalement, même si je n’ai pas eu l’impression d’apprendre des choses que je ne savais pas déjà, cette réunion nous a apporté pas mal de pistes de questionnement, de réflexion. Quelle place pour l’enfant adopté dans notre famille au sens large ? Quel âge ? On a compris qu’il semblerait étrange qu’on ne « demande » pas un nourrisson à notre âge.

Les échanges en tête à tête, avec les parents qui animaient la réunion nous ont, par contre, apporté beaucoup. Elles nous ont conforté dans notre choix de département pour notre futur déménagement et nous ont conseillé de prendre contact avec l’EFA du département en question pour en savoir plus. A voir si  l’on se lance dans l’agrément maintenant ou après le déménagement, ce qui permettrait aux travailleurs sociaux du nouveau département de mieux nous connaitre.

Il semblerait qu’effectivement, il soit mal vu d’associer PMA + projet d’adoption. Les travailleurs sociaux partants du principe que si l’on continu la PMA, on ne laissera pas suffisamment de place à l’idée de l’enfant adopté. Dans nos têtes ça nous parait clair, mais il faudrait arriver à le faire comprendre et ça risque de ne pas être simple. Pour nous l’un n’empêche pas l’autre, on serait ravi d’avoir un/des enfant(s) biologique(s) ou adoptif(s). Si par miracle la PMA fonctionne pour nous, on souhaite poursuivre notre projet d’adoption. Et on a conscience que bien évidemment, cette situation entraînera d’autres réflexions sur la place et l’éducation à donner à chacun. Malheureusement, ce n’est pas si simple. Elles nous ont conseillé d’attendre un peu, de laisser la PMA derrière nous ou de prendre notre temps dans la procédure d’agrément. Elles ont senti que j’étais encore un peu trop dans l’émotion par rapport au parcours PMA. Sans doute n’ont-elles pas tord et je le reconnais.

Alors sur le chemin du retour, on s’est demandé pourquoi on la faisait cette FIV 3 finalement. Mon Chéri a encore un peu d’espoir, moi non. Il a accepté de se lancer parce que j’avais l’air d’y tenir, lui ne voulait pas. Alors, forcément, il trouve que ça faire cher payé la FIV si je n’espère pas une issu positive. Il se projette plus facilement vers une « parentalité adoptive » (je reprend ses termes) et moi aussi, alors pourquoi on continu la PMA ?

Je crois qu’on a, tous les 2, été traumatisés (et je pense vraiment que le terme choisi est le bon) par la FIV2. Notre dernier RDV avec Hope m’a permis de le comprendre. Dès le début, j’ai compris qu’on allait dans le mur, dès le début j’ai vu que la prise en charge n’allait pas mais l’équipe qui me suivait à fait comme si de rien était. Personne ne voulait m’écouter et Mon Chéri ne comprenait pas mes crises de larmes, d’angoisse et mon pessimisme. Avec le recul, je regrette de ne pas avoir dit stop et de ne pas avoir lâché ce centre plus tôt. Mon Chéri s’est senti impuissant de me voir si mal et ne souhaitait jamais revivre ça. Notre couple a été mis à rude épreuve, pour lui c’était clair, ce sera la dernière dans ces conditions, voir la dernière tout court. Je n’ai pas eu besoin de négocier longtemps pour le privé, pire encore j’ai pris RDV et je lui ai dit après. Il m’a suivi et c’est bien parce que c’est Hope et que la prise en charge nous convient qu’il a accepté de faire une dernière FIV. De mon côté, je ne suis pas dégoutée que la FIV n’est pas fonctionné, de ne pas être enceinte ou de ne pas réussir avoir d’enfant biologique, j’ai été dégoutée de la prise en charge. Et je pense qu’il est là le traumatisme, l’émotion qui reste. Pas dans le deuil de l’enfant naturel. On veut être parent, rien de plus. De mon côté, j’ai envie, besoin de faire cette 3ème FIV pour ne pas rester sur cet échec. Cet échec de traitement et cet échec de prise en charge. Et je trouve dommage d’être arrivés jusqu’à Hope et de ne pas lui laisser sa chance de mener une FIV de A à Z. J’en ai besoin pour tourner la page de la PMA. Mon Chéri parle d’un « sentiment d’inachevé ». C’est sans doute ça.

Alors, cette 3ème FIV je l’aborde beaucoup plus sereinement parce que j’ai confiance en Hope, parce que je n’hésiterai pas à faire entendre mon opinion, et que je ne la subirait pas comme j’ai pu subir la dernière. J’ai beau dire que cette fois je serai zen et que je n’attend rien, je sais que je n’échapperai sans doute pas aux larmes et montagnes russes de la PMA. Malgré tout, je visualise de moins en moins un BHCG positif avec une fin heureuse et de plus en plus un appel qui changera notre vie. Nos espoirs se dirigent vers l’adoption.

29 commentaires sur “1er café rencontre

  1. Quand on s’est lancé dans l’adoption on en était au même point que vous, il nous restait une dernière FIV, qu’on a fait juste histoire de mettre un point final, plus pour mon chéri que pour moi d’ailleurs, moi je n’en pouvais plus de la PMA et j’étais déjà à fond dans l’adoption. On a fait cette FIV à la fin de la procédure d’agrément, une fois qu’on avait eu tous nos rdv, et pendant les rdv on disait qu’en théorie il nous restait des tentatives mais qu’en pratique on avait renoncé. On a reçu dans la boite aux lettres le résultat final de cette FIV (le courrier nous disant qu’il y avait zéro embryon congelé, sachant qu’on avait déjà le résultat négatif du transfert « frais ») le même jour que notre agrément.
    Sinon je ne sais pas quel âge vous avez, il est vrai que les travailleurs sociaux partaient du principe que vu notre âge (27 et 37) on s’orientait sur un bébé, mais on a tenu notre position, nous on voulait un enfant petit (moins de 5 ans) mais pas forcément un bébé. Même sans aller à l’international cette ouverture peut changer les choses, il y a parfois des petits pupilles à l’adoption qui ne sont pas des nourrissons (enfin je fais mon blabla mais n’en tiens pas compte évidemment si vous vous projetez avec un bébé 😉 ).
    Pour ce qui est du déménagement, j’ai envie de dire qu’importe si vous le passez dans le dpt actuel, si l’autre dpt ne demande pas d’office à vous rencontrer pour vous connaître vous pourrez toujours demander de vous même un rdv pour vous faire connaître. Tout dépend aussi des délais dans le dpt actuel pour la procédure d’agrément et de quand vous voulez déménager.

    Aimé par 1 personne

    1. On a 28 et 30 ans et on se projette totalement avec un bébé. Mais au vu de l’adoption en France, on ne savait pas trop si c’était réaliste ou non. Les délais pour l’agrément dans notre département actuel sont plus que correct, ça va surtout dépendre de nous. De notre capacité à « encaisser » les entretiens et de notre désir de les enchaîner ou non.
      Pour la FIV, elle devrait débuté dans quelques jours et on compte aviser en fonction de ce qu’on a au congel ou non. Ça va se jouer à 2-3 semaines après la réunion d’information, congés de Noël compris. Donc finalement, ça ne reporte pas des masses et on sera, j’espère, plus au clair avec cette histoire de FIV.

      Aimé par 1 personne

  2. Même si je comprends qu’il faille faire la différence entre la PMA et le processus d’adoption, vu les délais je trouve cela très compliqué de devoir en avoir vraiment fini avec la PMA avant de pouvoir commencer les démarches pour l’adoption. Certains se sentent prêt pour adopter même avant de connaitre leur infertilité ou de se lancer dans le parcours PMA. Je me rappelle plus jeune avoir pensé à l’adoption, avant même de penser à avoir des enfants naturellement. Mais je ne sais pas si j’aurais le courage un jour d’enchainer PMA puis demande d’agrément.

    Aimé par 1 personne

    1. Initialement, on ne rentrait pas dans les critères d’adoption donc on s’est dit autant tenter la PMA en attendant. Et puis à force d’entendre qu’on était jeune et qu’on avait de fortes chances de réussite et que j’avais des ovaires qui allaient produire une équipe de foot… Mais je suis profondément contre (je parle pour moi) l’acharnement déraisonnable et j’espère être capable de dire stop le moment venu.

      Aimé par 1 personne

  3. J’aime beaucoup quand tu fais des articles sur l’adoption car ça me permet de murir ma réflexion aussi sur le sujet 🙂 je me suis posée la meme question. Si on envoie le dossier tout de suite, en plein PMA, que dira t on lors des entretiens avec l’assistante sociale et/ ou les psy… Mentir 🤥 ? ne pas mentir 🙂
    en tout cas je te souhaite une bne fiv avec Hope. Je pense que tu as besoin de la faire et franchement une fiv avec Hope ce n’est jamais bâclé. quand ça marche pas avec elle, je me dis que de toute façon ca aurait pas pu marcher avec un autre doc car elle fait vraiment son max et cherche tout le temps ce qui cloche! des fois c’est long, épuisant mais jamais traumatisant 🙂

    Aimé par 1 personne

  4. Je commente plus les blogs mais la je me devais d intervenir.
    Je te souhaite la même issue que moi pour la FIV 3. Je n avais plus d espoir. Je la faisais par automatisme. Le TEC qui m’a permis d avoir E. Je le sentais pas. C’est Mr Souris qui m a traîné au labo. Et moi même qui m a annoncé la grossesse… pour te dire dans quel état j étais.
    Alors chaque chose en son temps !
    Et pour la procédure d adoption, pour pas retarder les choses, peut être leur dire que la pma est finie…Mais continuer en parallèle? Bcp se sont vu refuser des agréments à cause d un parcours PMA non fini. A creuser donc.
    En tout cas bon courage pour la suite.
    Je pense bien fort à toi et je t envoie des bonnes ondes 😘

    Aimé par 1 personne

      1. Pour l’adoption c’est ce qu’on envisage de faire, en faisant un break de traitement en parallèle.
        Pour la FIV, je ne réalise pas encore qu’elle est susceptible de débuter dans les jours à venir. Step by step.

        J'aime

  5. Laisse une chance à Hope de mener une FIV de A à Z me semble être un bon choix. 🙂 Elle a fait des miracles sur certaines qui trainaient en PMA depuis 8 ans (je pense par exemple à Simone Attend le Train). Bon perso elle a fait 4 FIV avec moi et nada, donc ça n’a rien d’une magicienne non plus. Mais le suivi sera top. Tu risques peut-être d’avoir quelques galères de communication avec La Muette, mais sans doute rien de comparable avec ce que tu as vécu.
    Je comprends le blocage des travailleurs sociaux quand on cumule PMA + projet d’adoption … Pour nous déjà, quand l’adoption était encore une possibilité à nos yeux, je trouvais ça délicat de cumuler les deux en parallèles. Et le fait de cacher une PMA encore en cours, donc de mentir aux gens qui peuvent de donner ou de refuser le droit à l’adoption me semble encore plus risqué …
    Bisou et bonne FIV ! ^^

    Aimé par 1 personne

    1. C’est vrai que pour Simone, ça a été miraculeux (je me sens vieille pmette à connaitre certaines blogueuses que je suivais en temps réel). Je n’attend pas un miracle, juste une bonne prise en charge pour pouvoir me dire que si ça n’a pas marché, c’est que c’est comme ça. Je veux arrêter de me demander si ma vie aurait été autrement si ma FIV n’avait pas été mené par une équipe de bras cassés. Réussir à « oublier » le malaise de la FIV 2 et passer à autre chose.

      Aimé par 1 personne

  6. Je suis d’accord avec Lucienne sur le fait de rappeler que Hope n est pas magicienne! Ma 1ere fiv avec elle c’était comme vous notre 3eme et malgré 2 transferts elle a été négative. Sans parler de la 4eme qui n’a donné aucun embryon… Mais en revanche j’ai une confiance aveugle en elle et comme dit enigma on peut compter sur elle pour chercher/ essayer, et jamais lâcher l’affaire !

    Aimé par 2 personnes

  7. Je pense qu’effectivement vous n’avez rien appris de spécial à cette réunion, ben tiens, les enfants trisomiques ou à besoins différents ont plus de mal à être placés… comme c’est bizarre ! Perso, quand on a commencé les entretiens psy et AS dans le parcours adoption, on en était à la fin du parcours PMA mais on avait encore du mal à se détacher de tout cela. On s’est vu refuser l’agrément mais ce n’était même pas par rapport à ça. Dans l’établissement où je travaille, je connais deux élèves adoptés et peut-être qu’à l’heure actuelle, ma réflexion serait encore différente. Bon courage pour la suite;

    Aimé par 1 personne

  8. Bonsoir Boma,
    Je trouve que vous avez une bonne manière d’aborder les choses…une dernière chance pour ne rien regretter, et le début d’une nouvelle aventure…
    De notre côté nous avons entrepris les démarches pour l’adoption en parallèle de la pma (milieu de parcours), en « omettant » quelque peu cet état de fait à l’AS qui n’a pas creusé…je ne regrette rien car je n’aurais jamais pu attendre la fin de la pma et repartir sur une longue attente pour l’adoption: je serais devenue folle…(et l’âge a joué également).
    Même si ça n’est pas très bien vu je trouve que les démarches ne sont pas incompatibles: la pma nous avait poussé à réfléchir à d’autres formes de parentalité (par le recours au don par ex), en parallèle de l’adoption, encore une autre manière de faire famille…
    Je suis sûre que d’une manière ou d’une autre vous arriverez à être parents!

    Aimé par 1 personne

  9. je te souhaite d’avoir une belle réussite avec la prise en charge de Hope, les délais seraient moins longs que pour une adoption !! Je suis admirative de votre courage à mener ce nouveau combat qu’est l’adoption. Courage pour tout !! Bises

    Aimé par 1 personne

  10. Sans vouloir te donner de faux espoirs car aucune histoire ne ressemble à une autre mais j ai fait la fiv3 chez hope et pour moi aussi c était la dernière, je donnais tout (physiquement, moralement et financièrement) dans cette 3 ème tentative pour ne rien regretter ! Et je ne regrette bien sur pas :))))) je t encourage à aller au bout pour être sereine dans tes prochains choix, courage !!!!!!

    Aimé par 1 personne

  11. Bonjour Boma,
    Je me permets de partager notre histoire.
    Nous avons entamé les démarches après notre deuxième FIV. Nous n’en pouvions plus, car en plus j’avais connu une ponction blanche et un arrêt pour cause d’hyperstim… Nous avions alors décidé de faire une pause et de se consacrer entièrement aux entretiens avec la psy et l’AS. Nous avions été à peu près honnêtes en disant que la PMA était derrière nous mais qu’il restait des tentatives.
    Nous avons obtenu l’agrément et nous avons voulu faire une dernière FIV la même année pour ne rien regretter (qui malheureusement s’est terminée par une IMG pour cause de pré-éclampsie).
    Nous avions à l’époque 29 et 34 ans et le délai annoncé dans notre département était de 7 ans. Nous avons donc dû repasser un agrément vu qu’il n’est valable que 5 ans et parler de nos bébés nés trop tôt. Il est alors ressortis de ces entretiens que nous avions un grand besoin de materner suite à l’envol de nos Petits. La limite d’âge pour adopter un bébé né sous X dans notre département était de 43 ans, nous rentrions donc dans la fourchette.
    Nous sommes donc devenus à 36 et 41 ans les parents d’un petit garçon de trois mois. C’était un vendredi et le lundi nous le rencontrions « en vrai », pour ensuite rentrer tous les trois à la maison le jeudi. Attention quand sonne le téléphone pour LA grande nouvelle tout peut aller très vite ! 😉
    Désolée pour le pavé… Quoiqu’il en soit, la décision, le timing vous appartiennent.
    Bonne réflexion et bon courage pour la FIV à venir !

    Aimé par 1 personne

  12. Tu m’as l’air d’avoir beaucoup réfléchi à la question et d’être très claire sur ce que tu attends de cette dernière FIV mais effectivement expliquer cela pour montrer que vous vous projeter dans l’adoption ne doit pas être évident. En attendant, place à la FIV! 🤞🏻

    Aimé par 1 personne

  13. Bonjour boma, j’en suis à peu près au même point que toi dans mon parcours pma. 3eme FIV qui va débuter, changement de centre (mauvaise prise en charge mais je ne suis pas aussi traumatisée que toi) et en questionnement sur l’adoption depuis quasiment toujours. Pour moi l’un n’exclue pas l’autre. J’hésite à demander l’agrément maintenant car on continue et pourtant je sais que même si par miracle la pma marchait j’aurai quand même envie de lancer la procédure d’adoption. On laisse passer la FIV 3 et on fera peut être une pause… En tout cas j’espère une issue positive rapide pour toi d’une façon ou d’une autre

    Aimé par 1 personne

    1. Je pense que si on avait pu, on aurait lancé le projet d’adoption plus tôt. Mais il y a encore 2 mois, on ne remplissait pas les conditions. Donc on a eu le temps de murir notre projet et de biense renseigner. Rien que ça, ça aide à prendre une décision.

      Aimé par 1 personne

      1. Nous n’avons pas osé de peur de se voir refuser l’agrément.. Nous avons déjà fait la réunion dinfo mais c’était il y a 1 an et demi donc nous devons y retourner et peut être aller à une réunion EFA. Tu n’es pas la première que je lis qui dit que ça aide à éclaircir les choses à avoir des conseils. C’est un beau projet en tout cas. Être parent peu importe les liens du sang. Après tout la personne qu’on aime le plus au monde n’a pas le même sang que nous.

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s