Hystérosalpingographie n°2

La dernière hystérosalpingographie date d’il y a 2 ans 1/2. A cette époque là, s’il y avait bien un examen que je ne voulais pas faire c’était celui là. Avec tout ce que j’avais pu lire, j’avais franchement la trouille et en plus je n’en voyais pas l’intérêt. Comme on passait directement en FIV ICSI, quel intérêt de voir l’état de mes trompes ? Le médecin m’avait dit qu’en cas de mauvaise réponse à la stim, on passerait en IAC. Mouai…

Le jour J, j’avais tellement peur que j’avais supplié Mon Chéri de venir avec moi. A peine installée le médecin râlait parce que la lumière n’allait pas jusqu’à la table et vla le technicien qui installe la rallonge devant mes cuisses écartées, porte ouverte sur le couloir bien évidemment. Pfffff ça commence bien. Le reste de l’examen s’est bien passé, médecin et technicienne sympa qui expliquent bien. Je suis ressortie surprise de ne pas avoir mal devant Mon Chéri dépité d’avoir couru et raté des cours pour ça.

Cette fois pas de stress pour l’examen en lui même mais surtout pour les résultats. C’est vraiment cet examen qui devrait nous permettre de savoir si on part sur IAD ou fiv don de sperme. Et étrangement si je peux éviter une 4ème ponction, j’aimerais autant.

Au téléphone j’ai un mauvais contact avec la secrétaire qui à ma question de l’intérêt d’un dosage de BHCG sur infertilité sévère associé à une pilule en continu me répond «c’est comme ça, c’est le protocole». En plus, elle insiste sur le jour de mon cycle alors que je lui ai précisé 2 fois que j’étais sous pilule en continu depuis 2 mois. Ça me gave d’avance, j’ai pas envie d’y aller et l’annonce du prix me fait hésiter à appeler le 2ème cabinet de la liste. Spoiler alert, j’aurais du le faire.

A mon arrivée, le protocole sanitaire est bien respecté et je suis seule en salle d’attente. La manipulatrice radio vient me chercher et dès le départ, parle sans s’arrêter. «Alors vous êtes ici parce vous n’arrivez pas à avoir un bébé et on va voir ce qu’on peut faire pour arranger ça», «vous êtes stressée ? Franchement il ne faut pas». Elle m’a demandé 3 fois si j avais été faire pipi sans écouter ma réponse. Je ne peux pas en placer une, lui dire que je ne suis pas stressée, que ce n’est pas la première fois et que j’ai déjà un certain parcours derrière moi. «Vous avez déjà été enceinte ?» Oui «Aaah vous avez des enfants ?» Non ! «Ah… vous avez fait une fausse couche ?». S’en suivent les questions de bases, et il a fallu que je m’impose pour préciser endométriose, adénomyose, et suspicion de GEU à gauche.

Le médecin se pointe, s’installe et, entre mon masque et mes lunettes, je ne peux rien voir de ce qu’il fait. Toucher vaginal sans prévenir, «ça c’était le toucher vaginal maintenant je mets le spéculum» oui merci j’ai bien senti… Les gestes sont brusques, pendant que l’autre continu de parler et de poser des questions sans attendre de réponse. En 10 min c’est fini, on me laisse attendre dans la cabine 20 min avant le dernier cliché. Et comme j’ai pu tout entendre de ce qui ce passait dans la pièce, je peux vous dire que la 2ème équipe était bien plus sympa. Comme d’habitude, mauvaise pioche, ça explique peut-être pourquoi l’autre médecin était moins disponible.

A la sortie, on me demande d’aller voir le médecin pour le compte rendu. Les trompes semblent ok mais la gauche un peu moins que la droite. Donc vraisemblablement, j’ai bien fait une GEU. L’utérus est antéversé et l’image évoque «une pathologie qui s’appelle adénomyose». Merci de l’info qui n’a rien de nouveau et que tu aurais su si tu avais regardé les comptes rendus que j’ai apporté comme demandé mais que je me suis encore trimbalé pour rien. Et cerise sur le gâteau, la RALC de compète «maintenant je vous conseille de vous mettre au travail parce que souvent ça marche mieux après». Blaireau ! Pas question que je laisse passer ça. «Alors non ! On passe en IAD après 3 échecs de FIV ICSI dont la dernière avec hémorragie interne et absence d’embryon. Donc, non, ça m’étonnerait que ça marche». Il a tenté de se rattraper en disant qu’il disait ça à tout le monde mais que dans notre cas effectivement, il y a peu de chance pour que ça fonctionne.

Pour finir le prix payé n’est pas celui annoncé et la secrétaire ne sait pas faire une soustraction de base. Prix TTC – reste à charge = prise charge sécu.

Etant dans le quartier, j’ai déposé les images chez Hope parce que je ne voyais pas trop comment faire autrement pour  montrer les images lors d’un prochain RDV en visio. Sa secrétaire va montrer les images à Hope et me rappellera pour venir les chercher pour être sure que ce ne soit pas perdu et que je puisse les avoir si le CECOS le demande. Haaaa elle est mignonne si le CECOS le demande… Ca risque pas🤣 .

Je ne sais pas si c’est le ras le bol, l’expérience du parcours, la fatigue où ma susceptibilité très accentuée par la pilule mais j’ai très mal vécu cet examen et surtout je n’ai plus du tout envie de laisser passer ce genre de réflexion débile.

Maintenant que l’examen est fait au revoir pilule. Initialement je voulais tenir plus longtemps mais je suis arrivée au maximum de ce que je peux supporter. Elle me pourri la vie et franchement je ne suis pas sure que de ce soit 1 ou 2 mois de plus qui changera la donne. Libérée, délivrée ! (Désolée fallait que je la fasse).

giphy (9)

11 commentaires sur “Hystérosalpingographie n°2

    1. Franchement l’examen en lui même ne m’a pas posé problème. On peut pas dire que j’ai eu mal, aucune des 2 fois. A chaque fois c’était plus le comportement des professionnels qui m’a dérangé.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s