Une page qui se tourne

Une fois qu’on a su qu’on avait notre appartement et nos futurs boulots respectifs, on avait qu’une hâte que l’été se termine.

J’ai travaillé tout l’été pour pouvoir être en congé au mois de septembre et gérer/avancer un maximum les dossiers en cours. Ce qui devait aussi, à la base, me laisser le temps par la suite de nous installer, découvrir notre nouvelle région et trouver du boulot. Tout l’été j’ai entendu « Ah mais tu ne vas pas partir en vacances ?! ». S’ils savaient à quel point partir en vacance est un luxe loin de mes préoccupations actuelles ! Ma collègue faisait la tête en permanence, et ne prenait même plus la peine de dire bonjour ou de répondre aux questions. D’ailleurs, elle n’a même pas pris la peine de venir à mon pot de départ ou de signer ma carte et s’est contenté d’un « A+ » pour me dire au revoir. Je n’ai pas eu de vacances depuis Noël dernier, je suis épuisée et l’ambiance est tendue. A la maison, à part les cartons, je ne fais quasiment rien tellement je suis à bout de force. Je fonctionne au radar, je mets difficilement un pied devant l’autre mais n’ai envie de rien. Je voulais faire un grand tri pour ne pas m’encombrer de choses inutiles et repartir sur de bonnes bases. J’ai commencé pleine de bonne volonté mais je me suis vite rendu compte que c’était au-dessus de mes forces. J’ai chargé les cartons sans me poser de question. La fin du marathon est encore loin et il faut que j’arrive à garder le peu de force qu’il me reste jusqu’au déménagement. Les seules envies que j’ai c’est de dormir et boire un diabolo sur ma terrasse. Vivement que l’été se termine pour que je puisse me reposer (ah, ah, ah, naïveté) !!

Avant de quitter mon travail, j’organise quand même mon pot de départ. Si ma collègue de bureau est insupportable, ce n’est absolument pas le cas des autres qui vont beaucoup me manquer. J’ai versé ma petite larme pleuré comme une madeleine en voyant tous les gentils mots laissés sur ma carte. Je n’ai pas caché que notre projet d’adoption n’était pas étranger à notre départ en Province. J’essaye de lever le tabou mais c’est une démarche qui n’est pas simple. Les langues se sont déliées et j’ai eu beaucoup de questions bienveillantes sur la PMA en général et les procédures d’adoption en France. Certaines collègues sont tombées de haut en découvrant la réalité de ces deux milieux. Oui, oui la ponction d’ovocytes c’est par le vagin ! Huuuum joie et bonheur ! Dans ce contexte, tous ou presque m’ont demandé de leur donner des nouvelles en espérant très fort qu’on puisse, un jour, accueillir un enfant.

J’ai reçu un super cadeau de départ qui montre bien à quel point certains collègues me connaissaient bien. Je pars même avec un petit kit clin d’œil/taquinerie pour mon prochain poste. Je ne compte pas les « tu nous abandooooone », « comment on va faire sans toi ? », « et le chef il l’a pris comment ? Il fait la gueule ? ». Lors de mon dernier jour, j’ai eu le droit à un « Ah je vois que tu prends ton dernier café ! » de la part de G du bureau d’à côté et « tu viens manger pour la dernière fois ? » de la part de S. Ca faisait un peu ambiance « dernier jour d’un condamné ». Ma collègue G a failli raccrocher au nez de quelqu’un quand je suis venue lui dire au revoir alors qu’elle me croyait déjà partie. D’ailleurs elle m’a remercié pour ma bonne humeur et mon sourire permanent. O_O Hein ?! Faut croire que j’arrive à bien cacher mes émotions car clairement ces deux dernières années n’ont pas été les plus simples de ma vie et je n’avais pas du tout l’impression d’être souriante. Quoique comparé à ma collègue de bureau, c’est pas difficile de faire mieux. Bref les au revoir ont été dur et je les regretterai beaucoup !

Côté perso, de nombreux amis ont déménagés en même temps que nous. En particulier un couple qui quitte une colocation pour s’installer en amoureux et dont nous sommes proches. Les rois des cocktails et des soirées boire ! Le thème de la dernière soirée a été « ce qui est bu n’est pas déménagé ». Waoutch, je n’ai plus l’âge de sortir et boire en semaine, on s’en rappellera ! Eux aussi nous manquerons même si depuis, on enchaine les textos sur nos mésaventures Ikea.

2 commentaires sur “Une page qui se tourne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s