1er RDV avec la Belgique

Quand on a pris RDV, j’avais hâte d’y être, et puis, le temps passant, je n’étais finalement plus spécialement pressée.

J’ai l’impression d’être prise dans une spirale infernale. Vivre encore et toujours les mêmes choses pour courir après une chimère. L’enthousiasme et l’espoir des débuts n’est plus là. Je n’attend plus vraiment qu’un médecin tire LA solution de son chapeau.

Pour ceux qui connaissent la référence, j’ai comme une impression de « déjà vu »

RDV en visio, c’est déjà une bonne chose, ça me permet de m’organiser beaucoup plus facilement. Perte de temps limitée ! Le médecin est ponctuel, il refait le tour de nos antécédents et semble impressionné par nos connaissances et organisation. En même temps, entre le changement de centre, le CECOS, les psys et médecins en tout genre, je ne sais pas combien de fois on a du répéter notre histoire. Du coup, il n’hésite pas à employer un vocabulaire médical sans s’arrêter sur le moindre détail.

Après avoir fait le tour, il trouve notre démarche justifiée et nous donne exactement les mêmes conseils que l’équipe de Hope. Après avoir bien insisté pour savoir si on avait bien fait le deuil de nos gamètes et qu’on était sur de notre choix pour le don, il recommande 4 IAD de plus avant de restaffer notre dossier pour savoir si coelio ou pas avant de passer en FIV. Le don est justifié, la coelio est actuellement sans doute un peu prématurée et il n’y a pas vraiment de preuve de bénéfice sur la fertilité chez les femmes en PMA. On ne peut pas toucher aux endométriomes sur les ovaires et opérer juste pour les lésions du ligament utéro-sacré ne serait sans doute pas vraiment bénéfique (et accessoirement ultra cher pour une pauvre petite lésion dont tout le monde se fout…). A rediscuter en cas d’échec répétés. Les inséminations ont de moins bonnes chances de réussites que la FIV mais sont également beaucoup moins lourdes à supporter. Ca vaut le coup de tenter surtout au vu des complications de la FIV 3. Il y a clairement un intérêt à faire les IAD en Belgique mais en cas d’échec, on pourra revenir en France faire les FIV. Moi qui aime bien avoir un plan B, finalement voir aussi loin me fait l’effet d’un coup de massue. Ouh là, doucement, on s’emballe pas !! Déjà que je suis pas bien sure de vouloir faire une IAD à l’étranger, parler de 4 échecs et de refaire des FIV me fout carrément la trouille. Je suis pas bien sure de savoir si le jeu en vaut la chandelle.

Il rejoint Hope sur la qualité du sperme du CECOS, c’est plus que bof. D’ailleurs l’une des paillettes ne respectait pas les recommandations car trop peu de spermatozoïdes mobiles rapides (moins de 20%). Il ne peut pas nous garantir de meilleure qualité mais la plupart du temps leur moyenne est bien supérieure et ils changent de donneur à chaque IAD. Ca évite donc de reproduire le schéma de nos 2 échecs de la France, le sperme réagit mal à la décongélation mais on poursuit quand même avec dès fois qu’entre deux, ça changerait comme par magie. Quoi qu’il en soit, ils seront transparents avec nous et nous donnerons toutes les informations nécessaires. C’est d’ailleurs ce qu’on reproche au CECOS.

Le RDV avec leur psychologue est obligatoire même s’il n’est pas inquiet sur le fait que notre dossier passera. On l’a déjà fait en France, on est au clair avec notre démarche et on a largement pris le temps d’y réfléchir. Une fois l’accord de la psy donné, il faut appeler le secrétariat à J1. J’en peux plus des psy ! Ca n’a jamais été mon truc, j’avais testé en début de parcours, ce fut-un échec, il a fallu ensuite qu’on fasse 2 RDV avec celle du CECOS et il faut recommencer avec la Belgique. Celle vu pour l’adoption nous a aidé à progresser dans nos réflexions, j’ai apprécié les échanges mais pour les autres je n’y ai vu aucun intérêt.

La première écho de contrôle est à faire dès J2 ou J3 au plus tard. En cas de J1 un vendredi, prise de sang le samedi et si pas de place pour une écho le samedi, je peux la faire le lundi. Il nous faut un médecin Français pour faire les ordonnances et le suivi échographique. Comme Hope, il recommande un cycle stimulé, même protocole. Au vu des 2 IAD déjà faites, il accepte même de partir sur des doses plus hautes qu’ils ne le font d’habitude. Par contre, pas plus de 2 ovocytes à cause du risque de grossesses multiples. Ouai, ouai c’est ça, on verra avec Hope mais si par chance ya 3 ovocytes rien à foutre, on y va ! Pour le jour J, ils sont ouvert 7j/7 et on déclenche dès qu’un follicule fait plus de 17 mm. Donc écho le matin, si plus de 17mm, on déclenche dès obtention du feu vert l’après-midi même et IAD le lendemain matin donc moins de 24h après l’injection d’Ovitrelle.

Concernant le point qui nous intéressait vraiment, on est très déçu. Comme en France, la réglementation fait qu’ils n’ont pas suffisamment de donneurs pour répondre à la demande donc ils font appel à des banques de sperme. Honnêtement ça me gêne. J’ai failli mettre fin à l’entretien et partir bouder. Mon Chéri a pris les choses en mains et à dit que « oui, oui on poursuit ». Quand je lui ai fait la remarque qu’il semblait bien enthousiaste, il m’a répondu qu’il avait retenu des leçons de nos expérience, mieux vaut rappeler plus tard si on a changé d’avis que de prendre le temps de réfléchir. Les délais font que, de toute façon, on a largement le temps d’y penser. Le médecin sent bien notre gêne et insiste sur le fait que les donneurs sont dédommagés et non rémunérés mais je trouve que c’est plutôt jouer sur les mots. Son autre argument, avec lequel je suis plus d’accord, est que notre prise en charge se ferait au sein d’un CHU et non dans une clinique de fertilité comme on peut en trouver en Espagne ou République Tchèque. D’ailleurs, personne ne nous a demandé de payer quoi que ce soit pour le moment et l’argent était loin d’être le sujet de conversation principal. Même si le médecin a refusé de nous dire avec quel banque exactement ils travaillent, on voit tout à fait le genre.

Après recherches, effectivement je pense qu’on peux parler de dédommagement. D’après ce que j’ai pu trouver l’indemnité tournerait autour de 50€. Quand on pense aux absences au travail qui sont nécessaires pour les différents RDV, les trajets, les prélèvements sérologiques, entretiens psy et médicaux, spermogramme et dons, je ne pense pas que ce soit volé et c’est loin d’être une activité rentable. Je me dis alors que le médecin a sans doute raison sur ce point, l’argent n’est pas la motivation principale des donneurs, N’empêche que ça me bloque, j’ai l’impression de m’assoir encore une fois sur mes principes. Mon Chéri ne voit pas la même chose de la même façon. On a toujours dit qu’on trouverait normal que les donneurs soient indemnisés (et mieux reçu par les CECOS mais c’est une autre histoire…) pour le temps « perdu » par les RDV et surtout le manque à gagner. De son point de vu, ça ne change pas grand chose.

Reste quand même beaucoup de questions qu’on n’a pas pu poser. Après 1h de RDV c’est fini, s’il reste des questions il faut les envoyer par mail. C’est frustrant sur le coup mais finalement ce n’est pas plus mal. On a le temps de digérer les infos et on peut prendre quelques jours pour réfléchir avant de faire un mail global avec toutes nos questions restantes. Cette méthode permet en plus au médecin d’être ponctuel. Franchement, ils devraient aussi faire ça dans le public en France.

On a recu les ordonnances de ce qu’il faut faire avant la tentative:

-Contrôle TSH par rapport à ma thyroïdite et glycémie à jeun.

-Recherche chlamydia dans les urines pour tous les 2. C’est le protocole, je veux bien l’entendre, et en plus, ils n’exigent pas de prélèvement vaginal donc ca me va.

-Vitamine D car un déficit peut être source d’infertilité.

C’est tout !

Une fois fois le RDV terminé la secrétaire m’a rappelé pour fixer le RDV avec la psy. La douche froide, pas de place avant fin mars ce qui veut dire, pas de tentative avant avril ! On aurait presque le temps de faire un cycle de tentative avec le CECOS en France. Mon Chéri a vu ça gros comme une maison sauf qu’en fait non. Je peux vraiment plus les voir, leur dernier mail nous a clairement achevé. Ca nous laissera le temps de nous consacrer à notre projet d’adoption, de monter notre dossier de prise en charge sécu et de voir s’il est accepté ou non et de me faire à l’idée ou pas.

Par contre, il y a une chose qui ne change pas, monsieur n’existe pas vraiment. Le médecin m’a demandé MON adresse mail alors que c’est Mon Chéri qui a fait toutes les démarches et déjà donné toutes ses coordonnées. La secrétaire m’a appelé moi, pour fixer le RDV avec la psy où on doit être présent tous les 2 et le médecin m’a envoyé toutes les ordonnances y compris celle pour Mon Chéri. Donc ils considèrent encore que c’est à Madame de tout gérer. Autant vous dire que Mon Chéri est dégoutté et beaucoup moins motivé à s’investir…

Maintenant que c’est fait, je ne suis toujours pas motivée. Il m’a fallu un peu de temps pour décrocher mon téléphone pour demander à Hope sa lettre de recommandation pour le dossier sécu et je n’ai aucune photocopie de prête. J’ai l’impression qu’aucune des solutions proposées ne me convient vraiment. J’ai l’impression d’avoir un deuil à faire mais sans savoir lequel. Je culpabilise face au dossier d’adoption. Et si jamais je suis enceinte un jour ? Je ne veux pas faire un trait sur mon enfant adopté. On s’est tellement projeté à cette idée, tellement investis ! Et si cet enfant du don n’avait plus sa place parce que toute la place est prise par cette idée d’un enfant adopté ? Si je pouvais avoir les 2 ce serait absolument merveilleux mais faut pas rêver.

Pffffff c’est d’un chiant d’être infertile ! Ya des jours où on se dit que ce serait presque plus simple que j’aille me faire sauter vite fait bien fait dans les toilettes d’un bar. En plus c’est pas cher ! Sauf qu’on peut pas, les bars sont fermés. Quoique la frontière Belge aussi alors …

4 commentaires sur “1er RDV avec la Belgique

  1. Bonjour Boma,
    Dslée je ne réagis pas souvent, même si je te suis fidèlement depuis un moment…je suis maman d’une petite fille que nous avons adopté il y a presque 3 ans, et d’un petit garçon né il y a peu grâce à une fiv-do en RT…je connais dc un peu les 2 parcours!
    Ce sont vraiment deux manières très, très diffèrentes de devenir mère, mais les 2 ne sont pas incompatibles…ce qui est sûr c’est que vous ne pourrez pas avoir les 2 « en même temps », ce qui est un risque lorsque l’on fait à la fois les démarches pr l’adoption et les tentatives de pma (je ne jette pas du tt la pierre c’est ce que nous avons fait…)
    Combien de temps en moyenne faut-il ds votre département pr accueillir un pupille? Si c’est un département plutôt « rapide » (2 à 3 ans), ds ce cas est-il concevable pr vous de mettre de côté la pma pour l’instant et d’y revenir pr un 2e enfant? Je ne sais pas quel âge tu as mais avec le don on peut pousser loin la pma…
    Bref, je me retrouve un peu dans tes questionnements, tout ça n’est vraiment pas facile car ce sont des choix importants…(idem pr le pays choisi, les histoires de rémunération…moi c’est l’anonymat qui m’a bien pris le chou, l’idée ne me plaisait pas du tt!)
    En tout cas les 2 sont possibles, mm si c’est dur il faut garder courage…

    Aimé par 1 personne

    1. Je ne souhaite pas les 2 « en même temps » car je souhaiterais laisser le temps à chacun de prendre sa place. Le soucis étant qui si un enfant PMA arrive en premier, je ne suis pas sure qu’on nous confie par la suite un enfant adopté.
      Si on obtient l’agrément, notre département est plutôt rapide mais ne respecte pas de principe de « liste d’attente » donc ça peut être 6 mois comme ça peut être jamais. EFA nous a dit que certains couples « jeunes » n’ont jamais été appelé sans qu’ils comprennent pourquoi.
      Et malheureusement, Hope nous a bien fait comprendre que si on faisait le choix de faire passer notre projet d’adoption en premier, elle risquait de ne plus rien pouvoir faire pour nous. Malgré mon « jeune » âge (31 ans) et ma réserve ovarienne tout à fait dans la norme, ma réponse ovarienne est très mauvaise sans que personne ne comprenne pourquoi (endométriose qui n’est pourtant pas sévère ? inexpliqué ?). Après qu’on nous ait dit pendant des années qu’on avait le temps Hope n’est pas sure qu’il ne soit pas déjà trop tard. Donc c’est maintenant ou alors on prend un gros risque que ce ne soit jamais. Etant donc déjà en don de sperme (au moins tout le monde est d’accord là dessus), s’il est par la suite trop tard ce sera double don. Pour différentes raisons c’est rédhibitoire pour nous et de toute façon c’est hors budget.
      Je souhaite juste être mère sans devoir m’assoir sur tout mes principes éthiques et pouvoir regarder mon enfant en face quand il me demandera « pourquoi ? ».

      J'aime

      1. Oui, bien sûr, je comprends!
        Effectivement si vous avez un enfant « du ventre » (comme disent les psys efa que nous avons rencontrées…) pas sûr qu’on vous en confie un par adoption…c’est étrange ce principe de ne pas respecter de liste d’attente, nous avons fait 2 départements et à chaque fois c’était clair, à dossier à peu près égal par ailleurs, priorité à ceux qui ont le plus attendu…ça rend effectivement les choses très incertaines! Quant au double don évidemment c’est à vous de voir…(chacun a ses limites à ne pas franchir, c’est ainsi…)
        J’espère que les choses se clarifieront un peu avec le temps, je vous souhaite bcp de courage…

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s